Shibumi de Trevanian

« Shibumi, monsieur ? »
Nicholaï avait déjà entendu ce mot, mais à propos de jardins, d’architecture, où il suggère une beauté équilibrée.
« Quel sens donnez-vous à cette expression, monsieur ? »
« Oh ! Un sens imprécis. Et incorrect, je le crains. Une tentative maladroite pour décrire une qualité ineffable. Comme tu le sais, shibumi implique l’idée du raffinement le plus subtil sous des apparences banales. C’est une définition d’une telle exactitude qu’elle n’a pas besoin d’être affirmative, si touchante qu’elle n’a pas à être séduisante, si véritable qu’elle n’a pas à être réelle. Shibumi est compréhension plus que connaissance. Silence éloquent. Dans le comportement, c’est la modestie sans pruderie. Dans le domaine de l’art, où l’esprit de shibumi prend la forme de sabi, c’est la simplicité harmonieuse, la concision limpide. En philosophie, où shibumi devient wabi, c’est le contentement spirituel, non passif ; c’est exister sans l’angoisse de devenir. Et dans la personnalité de l’homme, c’est… comment dire ? L’autorité sans la domination ? Quelque chose comme cela. »
Le concept de shibumi galvanisait l’imagination de Nicholaï. Aucun idéal ne l’avait jamais tant attiré.
« Comment peut-on atteindre ce shibumi, Monsieur ? »   Continua a leggere Shibumi de Trevanian

La vérité est une agonie qui n’en finit pas
Les 10 règles pour écrire de Zadie Smith

Que l’écriture, et plus précisément le roman, soit le lieu de la vérité je l’ai compris depuis un moment (mais pas si longtemps que ça). En effet dans la vie on ne peut pas dire la vérité, non pas parce qu’on n’est pas assez coura- geux pour le faire, comme je le pensais autrefois (quand je la disais), mais parce que la vérité est méchante, qu’elle fait mal et surtout ne sert à rien. Nous ne pouvons rien dire aux autres qu’ils ne sachent déjà, qu’ils ne soient pas déjà prêts à accepter. « Les conseils ne servent qu’à ceux qui les donnent et seulement dans la mesure où ils soulagent leur conscience » écrit Trevanian dans Shibumi.
L’endroit pour dire la vérité est l’art. Là on peut se lâcher. Le fait que ce ne soit pas « pour de vrai » protège l’auteur et lui permet d’aller jusqu’au bout des choses.
L’écrivain Zadie Smith a rassemblé 10 règles pour écrire un roman. Les voici: Continua a leggere La vérité est une agonie qui n’en finit pas
Les 10 règles pour écrire de Zadie Smith

Nous ne nous réalisons jamais.
Nous sommes deux abîmes: un puits qui fixe le ciel

Il y n’a pas un âge défini pour les regrets.
Il y a ceux qui savent depuis toujours ne pas avoir pu choisir ce qu’ils désiraient réellement, ceux qui un jour remettent violemment en discussion toute leur vie, ceux qui décident de ne pas choisir et laissent faire le temps. Il y a ceux qui encouragent les autres à affronter des choix inconfortables et ceux qui se jugent courageux si, insatisfaits, n’abandonnent pas le parcours initié.
« La vie est faite de choix » n’est pas seulement un slogan publicitaire réussie. Le poète portugais Fernando Pessoa expliquait comment l’homme peine à se faire une raison du fait que le chemin de la vie soit un et un seul. « Chacun pleure de ne pas pouvoir vivre d’autres vies au-delà à sa propre existence seule et unique. Vous aussi vous voudriez vivre toutes vos possibilités inexprimées, toutes vos vies possibles ». Continua a leggere Nous ne nous réalisons jamais.
Nous sommes deux abîmes: un puits qui fixe le ciel

L’écriture déménage

Papyrus, parchemins, livres et enfin ebooks. L’écriture a fait un long voyage. Lettre après lettre, mot après mot, en file indienne elle continue son chemin tranquille et inexorable jusqu’à l’ebook. Elle délaisse la matière qui l’hébergeait pour se transférer sur un autre support, où films, musiques et séries TV se sont déjà installés. Il s’agit d’un monde dans lequel les lignes se disposent toujours l’une après l’autre, mais sans rester immobiles. Elles changent les dimensions des caractères et ainsi la page devient comme un mètre qui s’allonge et se raccourcit selon ce que l’on doit mesurer. La transformation liée aux ebooks est une des plus profondes que notre société doit affronter. L’écriture “sont” les instructions avec lesquelles est construite la civilisation humaine. « Avec elle on a bâti maisons, villes et pays ». Voilà pourquoi l’argument suscite de fortes réactions : il y a toute une charge émotionnelle attachée aux livres. C’est pire que le passage du franc à l’euro!   Continua a leggere L’écriture déménage